Des pâtes pour les lendemains de cuite…

23 décembre 2011

Oui, mais des (rien)… (une célèbre marque de pâtes ayant décliné mon invitation à me donner de l’argent, je vous informe que cet article n’est pas sponsorisé, et qu’ils ne seront pas cités).

Car oui, ne nous le cachons pas, nous sommes faibles et il peut nous arriver de consommer un peu d’alcool social, ce petit verre tellement sympa entre amis ou en famille, avec la petite dernière pour fêter ses 5 ans…

Après ce petit verre qui ne fait de mal à personne et qui permet même de rentrer encore en voiture, je ne sais pas pourquoi mais on a tous tendance à le faire suivre par une bonne vingtaine de ses frères et soeurs… On appelle ça un soir de cuite, ou plus communément, un mardi soir…

Nous tombons donc dans notre problématique d’aujourd’hui, qui est bel et bien de s’alimenter le lendemain ! C’est pour ça que, malgré la période, nous allons exceptionnellement laisser tomber huîtres, foie gras, escargots (vous avez déjà essayé de manger des escargots un lendemain de cuite vous ?), et on va se faire des pâtes, une bonne vieille plâtrée de pâtes qui tient bien au ventre et qui empêche la tequila de remonter.

Mais même entre 2 passages la tête dans les chiottes, désolé madame, désolé monsieur, mais on reste cuisinier ! Bon, on ne va pas non plus aller chercher trop loin, ni trop compliqué, on va se faire des carbos… qu’on va appeler (car quand le corps ne suit plus, c’est là que le cerveau turbine à plein régime)(en fait non…)( je raconte vraiment que de la merde aujourd’hui) :

« Spaguettis (y’a peut-être un « h », rajoutez le où vous voulez) aux 2 jambons, nappées de leur sauce carbonara à l’italienne »

Ouais des carbos quoi, je sais… Maintenant que vous avez voulu faire le malin à essayer d’enrober une appellation qui ne s’enrobe pas d’habitude, vous n’avez plus qu’à trouver 2 jambons différents, pertinents pour des pâtes carbo (oubliez tout ce qui est Pata Negra et autres, ça va baigner dans la sauce, ça va être un scandale…).

Après, ça va, on se mouille pas trop… « Nappés », ça veut dire « mise dessus un peu comme on pourra »… « Sauce carbonara », ben c’est un peu la base du truc, on était un peu obligés d’y passer… « A l’italienne », bah c’est l’origine de la sauce…

Bon allez, on se lance… On est en lendemain de cuite… Si vous aviez choppé, vous auriez sûrement moins bu donc on va en déduire que vous êtes seul(e).

Pour une seule pathétique personne, il vous faut donc :
  • des spaguettis, faites vous la même quantité que d’habitude (si c’est la première fois que vous mangez des spaguettis, c’est très bizarre, vous n’avez qu’à partir sur 100-120 gr)
  • des oeufs… alors moi, en général, je cuisine pour 2 et je mets 2 oeufs entiers + 1 jaune d’oeuf… alors démerdez vous à diviser ça par 2 ou allez chercher quelqu’un dans la rue… sinon, partez sur 1 oeuf entier + 1 jaune d’oeuf, ça devrait à peu près le faire…
  • 50-60 gr de parmigiano reggiano (connaissant les italiens, il manque certainement quelques « i », placez les où vous voulez) râpé
  • 2 jambons différents du coup (personne ne le saura si vous n’en mettez qu’un…)(du lard, de la coppa, du seranno… originellement, je crois que c’est de la pancetta, mais bon…)
  • une demi-échalotte
  • du vin blanc sec (si vous arrivez à supporter aujourd’hui)

 Armez vous d’une bassine et d’une bonne dose d’amour et c’est parti !

1) Commencez à faire chauffer les pâtes, plongez les dans de l’eau bouillante accompagnée d’un bouillon cube, ou par défaut, d’un peu de sel et d’huile… Oui, je sais que l’huile ne sert à rien, mais jusqu’à la fin de ma vie, j’en mettrai quand même ! Et le pire, c’est que je ne sais pas pourquoi…

2) Bon alors, vu ce qu’il y a comme coupe pour des pâtes à la carbo, débarassons nous en de suite : ciselez l’échalotte, coupez votre ou vos jambons en dés / allumettes / triangles… ce que vous voulez, soyez imaginatifs…

3) Vous prenez un bol, et vous mettez votre oeuf et demi dedans, et vous touillotez bien comme si vous faisiez une omelette… Vous rajoutez le parmigiatruc et vous retouillotez bien, comme si vous re-faisiez une omelette dans l’omelette que vous venez de faire…

4) Dans une poêle, faites revenir vos morceaux de jambon sans ajouter de matière grasse, ça va en rendre tout seul… Si vous avez pris quelque chose qui rend beaucoup de graisse, style du lard, épongez avec un petit sopalin, vous êtes bien assez gros déjà comme ça…

5) On rajoute l’échalotte dans la poêle, elle va revenir dans la graisse du cochon…

6) Une fois que tout ça est bien chaud, on déglace avec le blanc sec, on décolle bien les sucs, on décolle, on décolle… On laisse réduire le vin…

7) Les pâtes sont prêtes ? Bravo ! Elles sont toutes collantes, et forment un espèce de platras énorme ? Jetez-les, il fallait les touiller une fois qu’on les a mise dans l’eau… Recommencez…

8) Les pâtes sont prêtes ? Bravo ! Egouttez les, et remettez les dans la casserole en prenant soin de conserver un tout petit peu de bouillon (soit dans un tout petit verre à côté, soit comme moi en les égouttant seulement 2 secondes avant de les remettre dans la casserole).

9) On rajoute le contenu de la poêle dans la casserole, puis on nappe (oui, on met par dessus, c’est pareil) avec le contenu du bol.

10) Les oeufs ont commencé à cuire dans la casserole et font une espèce d’omelette à l’intérieur des pâtes ? Bravo ! Il fallait touiller tout de suite et hors du feu, touiller, touiller, touiller, justement pour que les oeufs ne cuisent pas… Jetez et recommencez…

11) Assaisonnez avec ce que vous voulez, démerdez vous (poivre obligatoire, recette originale oblige)…

12) Maintenant on dresse. Vous prenez une assiette creuse, et vous en mettez dedans…

13) Servez chaud (je sais, c’est con à dire mais je ne savais pas sur quoi conclure).

Et vala ce que ça donne :

 

 

 

 

 

 

 

(oui, je l’ai pas dis mais vous pouvez parsemer un peu de fromage râpé dessus… ça reste des pâtes, faites comme vous faites d’habitude, pas de stress hein !)

J’en profite pour vous souhaiter à tous de très bonnes fêtes, profitez en, picolez comme vous voulez, vous saurez quoi manger le lendemain !

Et dès que vous avez une soirée de libre, pour vous les Toulousains, courez voir Psy au café théâtre des Minimes, tous les soirs du 27 décembre au 7 janvier (sauf dimanche et lundi) à 21h30… Ca devrait être excellent et très drôle (encore plus drôle si vous arrivez bourrés). Contactez moi dans les commentaires ci-dessous et je vous aurai des tarifs réduits…

4 commentaires pertinents

  1. Riton le 24 avril 2012 à 0 h 25 min

    En théorie, c’est vrai, moi aussi je suis plus ravioli en boite en lendemain de cuite… Mais on est sur un vrai blog cuisine sérieux ici mademoiselle, ça ne se fait pas… Quoique, j’ai aussi un article en préparation avec des raviolis en boite !! ;) (véridique)

  2. ed le 22 avril 2012 à 9 h 41 min

    moi les lendemains de soirée c’est plus ravioli en boite ^^ bien plus rapide ce qui me permet de rester dans le canapé le plus longtemps possible. Mais je note car j’ai bien ri avec ton article

  3. Riton le 3 janvier 2012 à 18 h 42 min

    Mais non, c’est justement très light en fait ! (bon, on va pas exagérer non plus, light c’est pas le mot mais bon…). La sauce, c’est uniquement de l’oeuf, un peu de parmignagna, dilué légèrement dans le bouillon… Enfin bon, si j’ai réussi à motiver une seule personne à apprendre l’italien, la recette valait le coup ! ;)

  4. Benoit G. le 23 décembre 2011 à 22 h 00 min

    Mon dieu….j’avais l’impression de grossir rien qu’en lisant la recette dis donc ! c’est porky ton truc, il faut absolument que j’essaye.
    Et bravo, je me suis bien marré en te lisant ! on a envie d’apprendre l’italien…