#CroqueMcdoGate

24 mai 2016

L’inconvénient de ne poster qu’un article par an (bonne année au fait), c’est quand même que je rate toutes les recettes saisonnières qui doivent pulluler sur le reste de la blogosphère culinaire : recettes d’Halloween, de Thanksgiving, de Noël, du nouvel an, de la chandeleur, la galette des rois, le gigot de Pâques, et j’en passe, j’en ai marre, je m’arrête à avril…

Plus récemment, j’ai vu que j’avais loupé le scandale du Carbogate… Ah, quelle déception, qu’est-ce que j’aurais aimé pouvoir participer à cette profusion de haine et d’intolérance envers un con qui a mal nommé son plat de pâtes à la crème et aux lardons.

Effectivement, en bon italien que je ne suis pas (c’est vrai, ce sont toujours les moins concernés qui ouvrent le plus leur gueule), j’avoue que j’ai toujours été dans le camp des « si-tu-mets-de-la-crème-dans-tes-carbos-je-t’égorge-je-recueille-et-je-fais-du-boudin ». Ah la la, qu’est-ce qu’on peut en dire comme conneries à 12 ans…

A présent, maintenant que le monde entier est contre la crème fraîche dans les carbos, j’avoue que je suis plus enclin à m’en foutre… Et puis, je veux pas dire, mais en général, les faux défenseurs de la « vraie-carbo » sont les premiers à y foutre de la pancetta Lidl sous vide et du parmesan en sachet… Alors partant de là, j’ai envie de dire, crème ou pas crème…

Pardon, c’était une petite digression rapide, reprenons…

Donc pour en revenir avec la bonne cuisine traditionnelle française, et en restant dans le respect du terroir, des produits frais, de saison,  je vais vous donner la recette ultime quand vous avez un enfant à faire manger rapidement et que vous n’avez pas envie de vous taper un aller-retour « Mission Happy Meal » au Mcdo. Vous n’avez qu’à faire… tadam… un CroqueMcdo (merde le tadam était trop tôt)(tadam maintenant !)(merde, on a niqué l’effet)(youhouhou)(désolé, je sais pas ce qui m’a pris).

Je disais donc un CroqueMcdo (marque déposée, je ne sais pas faire le petit c entouré, mais l’intention est là). Tadam !

Bon, alors là, j’avoue que cette fois, on ne peut pas dire qu’on va avoir à s’astiquer longtemps pour cette recette… Tant mieux, ça nous arrange, on va faire court et simple pour ce début d’année (oui, on est presque en juin, je sais…).

Hop, un petit tour au marché et dans mon joli cabas rose fushia, j’y ai placé :
(merci d’avoir noté l’effet rimes embrassées)(ABBA quoi…)(non pas le groupe…)(bref, c’est pas grave… )
  • 2 belles tranches de jambon de chez mon boucher favori
  • 2 belles tranches fines de cheddar de chez mon crémier favori
  • Une petite motte de beurre de chez… ah bah mon crémier favori aussi pour le coup (gain de temps ! synergie ! on est au top là…)
  • De plus, avec de la farine, de la flotte, de la levure et quelques autres trucs, faites un joli bun à burger maison (la recette plus tard)(ou jamais)

Voici ce que ça donne pour moi (soyez pas jaloux de mes ingrédients, c’est mon métier, on ne peut pas comparer) :

Et maintenant, vu que je suis un geek professionnel culinaire, et pour gagner du temps, je me suis dis qu’on allait s’épargner une note de 2 km de longueur, avec toutes les étapes en liste détaillée… Faisons une mosaïque et…

… on coupe le bun en 2, puis on écrase chaque partie contre le sol pour l’aplatir du côté arrondi (1), puis on prépare nos notre ingrédient à savoir le jambon, on prend une tranche ou deux si elles sont trop fines, et on les met sur une assiette. Dessus, on pose un emporte-pièce rond de la taille de nos buns, pour bien montrer au public (vous) ce qu’on s’apprête à faire (2). A savoir, un rond de jambon (3).

Et maintenant, on empile : sur la face pas-mie de notre première moitié de bun, on met une tranche de fromage, qu’on aurait très bien pu recouper en rond aussi mais à un moment, crotte quoi… (4) Gardez bien le jambon à proximité dans le coin haut-droite de l’assiette car… eh oui, on pose le jambon par-dessus ! (5) Et encore du fromage (ah bah (5) toujours tiens…).

On pose l’autre moitié du bun, face-mie vers le haut (donc face pas-mie vers l’intérieur du sandwich) et on écrase un peu. *** longue digression coupée au montage, qui parlait de bun, de conserves de haricots, de connard de gamin de 6 ans et de meurtre à la côte de boeuf *** (6).

(Si vous voulez le contenu de la digression, likez ma page Facebook et demandez-le moi gentiment, peut-être que je l’y mettrai en ligne… Faut bien qu’il serve à quelque chose ce Facebook)

Et on beurre légèrement les 2 côtés, et on met dans une poêle, et on met le feu sous la poêle sinon ça sert à rien (7).

Et on retourne quand on pense qu’il est temps de retourner (8).

Et on arrête quand le croque commence à pisser du liquide jaune, ça veut dire que ayé, c’est prêt ! (9)

On met sur une jolie assiette, et si vous voulez, vous pouvez même faire votre Angelina Jolie en remplaçant les frites grasses par des rondelles de tomates sans goût, et vala ce que ça donne :

Après, vous pouvez faire comme au Mcdo, à savoir demander plein de suppléments dans votre CroqueMcdo, comme de la salade, des tomates, du ketchup, de la moutarde (si, si, faites-le, c’est jamais un problème et ça leur fait même plaisir !).

 

(je faisais des conclusions à mes articles moi avant… ?)

Commentaires clos.