Cassolette d’escargots aux pleurotes et au riesling

16 octobre 2011

Alors, pour démarrer un blog sur la cuisine, la première des choses à faire, c’est de faire une recette (en fait, c’est un peu la base).

Bon, il faut que ça soit bon, joli à regarder (comme ça, on pourra faire des joulies photos), simple à faire parce qu’on n’est pas super doué et que c’est un peu le but du blog . Il y a plein de super trucs à faire qui sont super simples et qui peuvent impressionner un novice.

Le soir où on fait la recette, c’est pas mal de pas manger seul devant la télé. D’une part, parce que ça donne un tout petit peu envie de se suicider, mais également parce que ça sera bien d’avoir un autre avis objectif sur le repas. Vous avez bien un(e) petit ami(e), ou de la famille… Sinon, vous avez peut être des amis à inviter… Ou bien, un chien, une truite surgelée… Bref… Vous avez trouvé votre compagnon pour ce repas ? (faire une pause le temps que les gens répondent) Bravo, commençons !

Ah non, encore un truc que je vous ai pas dis ! Ce qui est génial en cuisine, c’est pas vraiment le côté cuisine en lui même où on coupe des trucs et des machins qu’on fait cuire… Le mieux, c’est tout le côté marketing qui enrobe ça !! Par exemple, la recette d’aujourd’hui, ce sont des escargots, des champignons et du riz avec un peu de salade… Ça donne trop pas envie, c’est pas comme ça qu’il faut le vendre. Non, aujourd’hui, nous faisons : (début de l’enrobage marketing)

« Cassolette d’escargots aux pleurotes et au riesling, sur sa tranche de pain de campagne poêlée, accompagnée de sa pyramide de riz blanc et de sa roquette à la balsamique »

Ça claque déjà plus, non ? Donc 1er conseil : toujours valoriser sa recette par le nom. D’une part, aucun savoir-faire culinaire n’est requis mais en plus, ça pourra être raté derrière, les gens seront tellement impressionnés qu’ils s’en rendront pas compte.

Pour les ingrédients, un petit tour dans votre grande surface préférée et, pour 3 à 4 personnes, il faut acheter :
– une conserve de 6 douzaines d’escargots de Bourgogne (au rayon « conserves d’escargots de bourgogne »)
– 200 g de pleurotes (vous pouvez aussi faire avec d’autres champignons je pense, style des cèpes)(au rayon « fruits et légumes et champignons »)
– 100 g de beurre (au rayon « beurre »)
– 2 gousses d’ail, 2 échalotes (au rayon « fruits et légumes et champignons et ails et échalotes »)
– un bouquet de persil (au rayon « fleurs »)
– 250 g de crème fraiche épaisse (au rayon frais, à côté des kinder pingui)
– une boule de pain de campagne (à la boulangerie, c’est pas vraiment un rayon, c’est derrière, près des condiments)
– 200 g de riz blanc cœur de récolte (parce que Lustucru sélectionne ses grains un par un)(au rayon « riz »)
– 3 bouteilles de riesling (ça fait toujours plaisir, c’est bon le riesling)(au rayon « vin d’alsace »)
– un peu de roquette (c’est de la salade)(au rayon « salades »)
– sel, poivre, muscade (au rayon « épices »)(moi j’ai pas mis de muscade, j’en avais pas quand j’ai fais la recette)(en mettez pas, à la rigueur, ça ferait chier que vous fassiez ça mieux que moi)

Et c’est parti !

1) Sortir le beurre du frigo (pour qu’il ramollisse à température ambiante). Ouvrir les escargots, les rincer à l’eau, les égoutter. Rincer les pleurotes, les émincer grossièrement.

2) Émincer les échalotes, l’ail et le persil et mélanger le tout avec le beurre ramolli. Bien touilloter. Salez, poivrez et muscadez (si vous avez pris finalement de la muscade)(attention, ne pas remplacer la muscade par de la mayonnaise ou du ketchup, ça fera pas pareil).

3) Faire revenir ce beurre amélioré dans une poêle (si vous n’avez pas de poêle chez vous, il fallait en acheter une à Carrefour en même temps)(ou alors, il faut arrêter la cuisine). Ajouter les pleurotes et les faire rissoler pendant 2-3 minutes en faisant sauter (un peu comme des toutes petites crêpes).

4) Déglacez avec 25 cl de riesling, que vous aurez soigneusement mesuré. Alors déglacer, c’est comme glacer mais inversement proportionnel (en gros, verser le riesling dans la poêle, il faut que ça fasse pschhh, ce sont les sucs qui se décollent). Remuer un peu et faites réduire de moitié. Vous pouvez boire le reste des 3 bouteilles de riesling, ça ne nous sera plus nécessaire pour le reste de la recette.

5) Pendant ce temps, vous allez couper 3 à 4 tranches épaisses de pain de campagne (selon le nombre que vous êtes)(si vous êtes 3, vous coupez 4 tranches, et si vous êtes 4, vous coupez 3 tranches)(et inversement proportionnel). Mettez les au four pour les faire griller légèrement (oui, il y a un mensonge dans le titre de la recette, le pain de campagne est fouraisé et non pas poêlé)(en même temps, fouraisé c’est moins parlant)(pas longtemps hein ! on veut pas faire du charbon, juste faire chauffer doucement le pain). Et puis commencer à faire chauffer de l’eau avec un bouillon cube (ou 2 kub or), quand ça bouille, ajouter le riz (faire cuire le riz quoi)(si vous ne savez pas faire de riz, arrêter la cuisine et trouver une autre occupation).

6) On revient à la poêle, ça a dû diminuer de moitié (si c’est pas le cas, il faut encore attendre un peu, finir le riesling), et ajouter la crème fraiche épaisse. Faire encore réduire de moitié à feu vif.

7) En attendant, on va préparer une petite vinaigrette légère pour la roquette : dans un bol (si on n’a pas de bol, une assiette pourrait éventuellement faire l’affaire, ou un verre un peu large, ou une casserole, ou la cuvette des chiottes), mettre un peu de vinaigre balsamique, un peu d’huile d’olive et quelques gouttes de jus de citron, du sel, du poivre. Goûter et réajuster.

8) On revient à la poêle et ça a dû réduire de moitié. Le riz aussi est cuit ? (pause) Bravo, ça y est, tout est prêt ! Maintenant on va dresser… Alors là, il faut un peu de sens créatif donc si il reste un peu de riesling, ne pas hésiter à s’en servir un bon coup.

9) Pour le dressage des assiettes (ce n’est pas ce que j’ai fais parce que j’avais pas assez bu donc j’avais moins de créativité)(mais un peu bourré, voilà ce que j’aurais fait), je ferais un petit lit avec un peu de roquette dans l’assiette. On ajoute un peu de vinaigrette. Dessus, on pose une tranche de pain de campagne, et on ajoute quelques cuillère du mélange sur le pain. A côté, on va faire une petite pyramide de riz avec un petit verre (mettre le riz dans le verre, bien tasser, et démouler comme un flamby)(je l’ai pas dis mais un peu de beurre et d’assaisonnement dans le riz, ça fait pas de mal hein). On finit par un peu de déco avec de la roquette et la vinaigrette à la balsamique pour faire quelques dessins sur l’assiette. Moi,  j’avais pas assez bu, donc j’ai pas eu l’idée du lit de salade, j’ai essayé de faire de la déco autour de l’assiette avec ma roquette, ça ressemblait à rien (rassurez-vous, ça change pas le goût).

10) Voilà, c’est fini ! Facile hein !?! Vous voulez voir à quoi ça ressemble ?

Je sais ce que vous allez me dire, outre le fait que le dressage soit vraiment à chier et que le lino par terre semble vraiment d’un autre siècle (j’ai déménagé depuis, rassurez-vous), ça a vraiment une gueule de déjà mangé. Je suis d’accord.

Partant de ce constat, 3 attitudes possibles :

– On me fait confiance et on fait la recette telle qu’elle, en admettant qu’en bon français qui se respecte, ce sont souvent les choses qui paraissent le plus dégueulasse qui sont les meilleures (à éviter si vous le faites à une demoiselle que vous essayez de choper, elle risque surtout de vous l’envoyer à la gueule)

– On planque ! Soit dans un vol-au-vent (préparé amoureusement par vos soins, ou plus probablement, acheté tout fait)(oui, ça a l’air galère à faire, je ne vous donnerai jamais la recette ici !), soit en faisant un petit friand (2 rectangles de pâte feuilletée, attention à faire un peu précuire la pâte du dessous pour ne pas qu’elle se détrempe avec la mixture, un peu de jaune d’oeuf pour que ça colle)

– On joue la carte de l’audace et de l’originalité ! En le montant comme un tiramisu dans une verrine par exemple, avec le pain émietté grossièrement au fond, les escargots puis finir par une touche onctueuse (mascarpone ? chantilly ? confiture ?). Je ne garantis rien par rapport au résultat (j’aurais même tendance à déconseiller).

Cet article à rallonge a été commencé en juillet 2007 (véridique), les prochains seront moins longs, promis !

Tags: , , , , , , , ,

5 commentaires pertinents

  1. Riton le 24 avril 2012 à 0 h 32 min

    Eh bien, c’est vrai que j’aurai bien aimé voir la tête que ça aurait pu avoir ! Mais bon, l’essentiel étant que c’est délicieux, je suis sûr que tu tenteras pour une autre occasion ! ;)

  2. EnviesDélices le 22 avril 2012 à 16 h 51 min

    tu aurais aimé que je choisisse cette recette, et bien ça aurait été possible aussi, car on aime bien aussi les escargots à la maison :) et en bonne alsacienne, la sauce au vin d’Alsace, ça aurait été top aussi

  3. Riton le 4 janvier 2012 à 17 h 20 min

    Oh la pression… Alors, ça a donné quoi ? (merci de me faire suffisamment confiance, au point de tester !)

  4. leprince le 30 décembre 2011 à 11 h 11 min

    bonjour! je vais tester cette recettes pour le reveillon
    eh oui meme pas peur!
    merci pour l’humour!

  5. Riton le 17 octobre 2011 à 0 h 48 min

    Et en me relisant, je me rends compte que j’ai oublié une étape et je ne saurai que trop vous conseiller d’ajouter les escargots dans la poêle, juste avant de déglacer au riesling… Pas que ça soit primordial pour une cassolette d’escargots, mais quand même…