Bref, j’ai fais une quiche au chorizo, au comté et aux poires

4 novembre 2011

Bref. Ce soir là, en sortant du bureau, j’avais envie de picoler. J’envoie un sms à Bruno. Il me répond « J’peux pas ». J’envoie un sms à Nico, il me répond « J’peux pas ». J’envoie un sms à Guillaume. Il me répond « Baise laaaaaaaa ». J’ai pas compris. J’envoie un sms à Solène. Elle me répond « J’arrive ». Je rentre dans le bar. Je me mets au comptoir. Je commande un ricard. Deux ricards. Trois ricards. Quatre ricards. Elle arrive pas. Je vois cette fille en robe à côté de moi. Je me dis qu’avec cette robe, elle a l’air d’une pute. Elle me regarde. Je lui dis « jolie robe ». Elle me regarde. Je la regarde. Elle me regarde. Je commande un cinquième ricard. Elle me dit « j’ai faim ». J’ai trouvé ça bizarre parce qu’on était dans un bar à tapas. Je lui dis « Je suis cuisinier ». Je suis pas cuisinier. Elle me dit « Tu m’emmènes dans ton resto ? ». J’ai pas de resto. Je lui dis « c’est fermé le lundi ». On est jeudi. Merde. Elle me dit « On est jeudi ». Merde. Je la regarde. Elle me regarde. Je lui dis « Oui, du lundi au jeudi ». Elle sort une blague. C’est pas drôle. Je rigole. Elle me dit « C’est pas drôle ». C’était pas une blague. Merde. J’arrête de rigoler. Elle me dit « On va chez toi alors ? ». C’est gagné. J’essaie de trouver un truc intelligent à dire. Je trouve pas. Je réponds « D’accord ». Elle me dit « Tu règles ? ». Je réponds « D’accord ». Elle me dit « T’habites loin ? ». Je réponds « D’accord ». On arrive chez moi. Elle part dans la salle de bains. J’envoie un sms à Guillaume composé d’un point d’exclamation « ! ». Il me répond point d’interrogation « ? ». Je lui réponds 3 points d’exclamation « !!! ». Il me répond « Baise laaaaaaaa ». Cette fois, j’ai compris. Je regarde dans mon frigo. Je trouve une pâte feuilletée, des œufs, de la crème, du chorizo, du comté, des câpres, des poires, des lentilles dans du coton qui n’ont toujours pas poussé depuis le CE2. Je me dis que je vais faire une quiche au chorizo et au comté. Je regarde les poires. Elles me regardent. Je les regarde. Je veux demander à la fille dans la salle de bains. Je me rends compte que je connais pas son prénom. Je lance « Eh ». Pas de réponse. Merde. Je lance « Ehoh ! ». Elle répond « Quoi ? ». Je lui demande « Tu penses que les cuisiniers qui foutent des trucs sucrés dans n’importe quel plat salé, ils font de la merde au hasard ou c’est vraiment réfléchi leur truc ? ». Elle me répond « De la merde ! ». Je suis cuisinier. Je me dis que je vais faire une quiche au chorizo, au comté et aux poires. Je déroule la pâte dans un plat à tarte. Je fais des trous avec la fourchette. Je la mets au four pour qu’elle précuise. La fille sort de la salle de bains. Elle me dit « J’ai envie de boire du champagne ». J’ai pas de champagne. Je lui dis « Tu sais que le crémant, en fait, c’est du champagne qui n’est pas fait dans la région Champagne ? ». Elle me répond « Ah… ». Toute façon, j’ai pas de crémant. Je lui sers du mousseux. Je sors ma pâte du four. Dans un bol, je fais mon appareil avec 3 œufs battus et 20 cl de crème. Je me demande pourquoi on appelle ça un appareil. Peut-être que le mec qui a inventé ça portait un appareil. Je découpe le chorizo. Je le dispose sur la pâte. Je verse mon appareil sur le tout. Je coupe les poires en fines lamelles. Je me dis que je fais peut-être une connerie. Je lui demande « Tu penses que je fais une connerie ? ». Elle me répond « Quoi ? ». Je dispose les lamelles de poires sur l’appareil. Je coupe le comté en fines tranches avec un économe. Je le dépose sur l’ensemble de la quiche. Je mets tout ça au four, à 180°. 20 minutes. Putain c’est long. Je cherche un truc intelligent à lui dire. Elle me regarde. Je lui dis « Il parait que les hémorroïdes, ça fait vachement mal ». Merde. Elle me regarde bizarrement. Merde. 20 minutes. Putain c’est long. Je commence à chanter « Croqueeeeeette, tu vas nous manquer… ». Je sais pas d’où ça sort. Elle me regarde bizarrement. Merde. 20 minutes. Putain c’est long. Le four sonne. C’est prêt. Je sors des assiettes. Je coupe des parts de la quiche. Je veux accompagner de salade. J’ai pas de salade. Je lui sers son assiette. Elle regarde la quiche. Elle me regarde. Je la regarde. Elle me regarde. Elle goûte. Elle fait une tête bizarre. Je la regarde. Elle me regarde. Je lui fais « Alors ? ». Elle vomit. Je la regarde. Elle me regarde. Elle se lève et elle s’en va. Je goûte un morceau. Je trouve ça vachement bon.
Bref, j’ai fais une quiche au chorizo, au comté et aux poires.

Petit clin d’œil « subtil » à la série événement que nous adorons tous d’amour : Bref, diffusé sur le Grand Journal de Canal Plus.

Tags: , , , , , , , , , , ,

8 commentaires pertinents

  1. Riton le 24 avril 2012 à 0 h 30 min

    Enfin quelqu’un qui me comprend, ça fait plaisir ! Et si ça se trouve, peut-être qu’avec les poires aussi, c’est parfait, il faudra essayer…

  2. ed le 22 avril 2012 à 9 h 47 min

    ba sans les poires c’est parfait hein, alors tu tries et tu la ferme, elle est casse pieds la fille ^^

  3. Riton le 3 février 2012 à 17 h 04 min

    Mais si, allez, tente !!

  4. Vio le 1 février 2012 à 16 h 48 min

    Je tenterai pas…

  5. Riton le 15 novembre 2011 à 17 h 45 min

    Merci ! Et honnêtement, j’aurai tendance à déconseiller… ;)

  6. Riton le 15 novembre 2011 à 17 h 45 min

    Merci !

  7. lo'rine le 5 novembre 2011 à 17 h 34 min

    excellent!!!! le pire c ke sa a l air bon ta quiche!!!!

  8. Kriket le 5 novembre 2011 à 2 h 02 min

    J’adore!!!!